Conférence (Paris, 1er décembre) – Metz, une ville d’Empire francophone à la fin du Moyen Âge

J’aurai le plaisir, le jeudi 1er décembre prochain à 18 h, de faire une conférence dans le cadre de l’assemblée annuelle de la Société de l’Histoire de France (dans la Salle d’Albâtre des Archives Nationales, accès par la rue des Quatre-Fils). L’historien des villes allemandes que je suis sortira un peu de son sujet habituel pour parler de Metz, ville essentiellement francophone à la fin du Moyen Âge – mais il n’en sortira qu’à peine, puisque Metz appartient à l’Empire, une appartenance qui n’est pas un souvenir ni une simple allégeance formelle.

Située au cœur d’une région à la géopolitique complexe, Metz peut apparaître, avec sa large autonomie, son vaste territoire, son gouvernement étroitement patricien, comme un cas à part dans l’histoire urbaine européenne, ne correspondant ni véritablement à un « cas général » des villes française, ni à celui des villes allemandes. Je tenterai, au cours de cette conférence, de mieux cerner ce que veut dire l’appartenance de Metz à l’Empire, et de situer les particularismes messins dans le panorama (politique, économique et social) des villes d’Empire.

Publication : Chroniques urbaines connues, manuscrit inconnu (revue Scriptorium)

Le nouveau numéro de la Revue Scriptorium (2016/1), qui vient de paraître, contient un article que j’ai intitulé « Dracula à Augsbourg ou les savoirs de Sigismund Meisterlin. À propos d’un manuscrit des Archives Municipales d’Augsbourg » – un titre trop long pour un manuscrit complexe qui, dans le contexte bien connu de l’historiographie urbaine de la fin du Moyen Âge, présente l’originalité de ne pas concerner une seule ville, mais trois, Augsbourg, Nuremberg et Ratisbonne.

C’est la célèbre (et méconnue, car insuffisamment accessible aujourd’hui) chronique de Sigismund Meisterlin qui ouvre le volume, ce qui avec quelques autres indices me laisse penser sans certitude que ce manuscrit écrit en 1466 qui a connu un parcours complexe avant d’arriver au Stadtarchiv Augsburg a bel et bien été produit à Augsbourg. La présence du poème de Hans Rosenplüt sur Nuremberg, mais aussi de la Reformatio Sigismundi qui comporte un chapitre hostile aux métiers laisse entendre que, dans le contexte politique urbain, on peut y lire une forme d’hostilité à la présence politique des métiers et de volonté de distinction patricienne. Si le manuscrit est bien augsbourgeois, ce n’est pas indifférent : on sait bien qu’une pensée favorable à la supériorité politique des patriciens émerge progressivement avant et après 1500, mais ce témoin est particulièrement précoce.

Ce n’est cependant pas le seul élément intéressant du manuscrit : j’ai pu montrer dans l’article que tous les textes qui s’y trouvent sont en relation avec le moine bénédictin Sigismund Meisterlin, qui après avoir fait partie du monastère Saint-Ulrich d’Augsbourg a connu une carrière itinérante passant notamment par l’Alsace (Murbach) et par Nuremberg. Il a connu le texte sur les cruautés du personnage que nous appelons Dracula, texte déjà édité (notamment par D. Harmening), mais dont ce manuscrit donne la plus ancienne copie datée ; il a connu aussi la chronique de Ratisbonne dite chronique des Écossais (Regensburger Schottenlegende) : le manuscrit contient la version allemande du texte, dont son éditeur Frank Shaw ne connaissait que deux manuscrits. Ce lien à Meisterlin (qui ne va pas jusqu’à attester une participation directe de Meisterlin à la composition de ce volume!) est intéressant en ce qu’il montre la diversité des intérêts de ce personnage, qu’on rattache depuis Paul Joachimssohn à un « préhumanisme allemand », mais qui est beaucoup plus largement intégré dans les savoirs de son époque.

L’article n’étant pas disponible en ligne, même dans une base de données payante, j’invite tout chercheur intéressé à le consulter à me contacter pour toute difficulté d’accès.