Publication : Penser la politique dans les villes allemandes à la fin du Moyen Âge, traités de gouvernement et réalités urbaines

Histoire urbaine 2013/3Le numéro 38 (2013/3) de la revue Histoire urbaine vient de paraître, et j’y publie un article qui aura à la fois connu une longue gestation et constitue un point de départ fondamental pour le travail de recherche que je mène depuis qu’il a quitté ma table de travail pour celles des rédacteurs de la revue.

Pour consulter l’article sur Cairn (abonnement dans la plupart des universités françaises, moins à l’étranger, hélas), merci de suivre ce lien.

Sous le titre Penser la politique dans les villes allemandes à la fin du Moyen Âge : traités de gouvernement et réalités urbaines, j’essaie de saisir la dichotomie entre l’absence de théorisation (écrite) de la politique dans les villes d’Empire d’Allemagne du Sud et les nécessités pratiques de l’organisation politique des villes, dans un monde où la redéfinition des institutions est une nécessité largement présente. Réception faible ou nulle de la théorie politique savante, production locale de textes théoriques limitée à un tout petit nombre de textes moralisateurs qui ne rendent que très partiellement compte des « points chauds » de la politique urbaine, et pourtant production massive, notamment au XIVe siècle, de systèmes politiques (je veux dire par là d’institutions municipales et de leurs relations) : avant d’aborder dans mes recherches ultérieures ces systèmes politiques, leur émergence, leur diffusion, leur logique interne, il me semblait nécessaire de tenter de comprendre l’univers mental de ceux qui ont été chargés de construire ces systèmes.

Pour cela, j’ai essayé de construire une réflexion qui ne se limite pas à tel ou tel type de sources ; il m’a aussi semblé utile de recourir à deux traités juridiques beaucoup plus septentrionaux, en Saxe et en Thuringe (Johannes Rothe et Nikolaus Wurm), qui montrent comment il était possible de concilier réflexions savantes (à travers l’usage, massif chez Wurm, du droit romain) et travail du praticien (les deux auteurs ont œuvré à la fois en milieu urbain et curial) – mais peut-être le recours au droit romain paraissait-il plus difficile pour les régimes dominés par les métiers qui sont la règle en Allemagne du Sud à la période considérée ?

Cette absence de théorie explicite (et j’anticipe ici sur des recherches ultérieures) est une difficulté considérable pour comprendre comment se forme et se diffuse l’outillage dont disposent les artisans qui construisent ce système institutionnel sui generis que sont les régimes de métier, mais c’est en même temps une importante stimulation pour comprendre des processus sociaux (de diffusion du savoir, d’analyse sociale et politique…), qui ne passent pas ou marginalement par l’écrit, et qui sont peut-être plus représentatifs de la société urbaine médiévale que les productions écrites éparses que j’ai tenté de rassembler ici. À suivre, donc.