Fiscalité et politique en ville, un champ à explorer

Je crois qu’il n’est pas vraiment nécessaire de justifier beaucoup l’affirmation selon laquelle la fiscalité est un objet politique de premier plan. J’ai cependant l’impression que, dans le contexte de la ville de la fin du Moyen Âge, on a tendance à voir cette évidence surtout du côté de la communication politique, des révoltes urbaines, des mises en forme législatives ou comptables, plutôt que du côté technique de la fiscalité. Pour le dire autrement, le regard se porte du côté de la réception de la politique fiscale bien plus que sur les choix politiques qui façonnent l’impact social et économique de la fiscalité.

Et pourtant, je crois, au moins dans l’aire de recherche qui est la mienne, dans ce groupe des villes d’Empire de Souabe et des régions environnantes auxquelles je consacre mes réflexions, il y a au minimum des traces de ces choix politiques en matière de fiscalité, qui ne sont pas si loin de ce qu’on qualifie aujourd’hui d’arbitrages budgétaires. J’en avais déjà eu l’intuition – sans aller plus loin – pour Augsbourg dans le cadre de ma thèse, et la lecture que je fais en ce moment de la chronique médiévale de Memmingen (dont j’ai prévu de parler lors du congrès de la Medieval Chronicle Society en juillet prochain) me confirme dans cette intuition : dans cette ville où la confrontation entre patriciens et métiers reste vive, où les métiers semblent conserver une place politique déterminante qui interdit d’en qualifier le régime politique d’oligarchique sans autre forme de procès, les événements guerriers auxquelles elle est confrontée dans les années 1450 donnent lieu à des prélèvements dont les modalités sont bien loin de favoriser les plus riches : en 1462, on se livre ainsi à un emprunt forcé calculé en fonction de la capacité contributive des bourgeois, sans intérêt pendant les deux premières années.

Reste que le témoignage des chroniques, si intéressant qu’il soit, ne remplace pas une réflexion plus approfondie sur la fiscalité elle-même, sur la marge de manœuvre des décideurs politiques, sur ce qu’on pourrait appeler la norme fiscale admise et ses dépassements. Les sources sont là, me semble-t-il, elles sont même pour certaines bien connues (ainsi les registres fiscaux sans lesquels tant d’études de démographie ou de stratification sociale n’auraient pu se faire), il ne reste plus qu’à les exploiter, à la fois en tenant compte de la longue durée de l’évolution fiscale et en ayant une perspective comparatiste qui permet de donner toute leur profondeur aux choix fiscaux faits par les gouvernants des villes (pourquoi ce choix de l’emprunt forcé fait à Memmingen n’est-il jamais envisagé à Augsbourg, par exemple ?). Une telle réflexion accompagnerait très richement l’ample mouvement actuel de réexamen des comptabilités urbaines et princières, tout en s’en distinguant nettement.

On retrouvera certainement, dans une telle étude, les sources narratives : en étudiant cette marge de manœuvre, je ne doute pas qu’on sera amené à relire les revendications fiscales de nombreux contestataires de manière différente : dans quelle mesure sont-elles, comme on semble souvent le penser, le produit d’un irréaliste populisme fiscal, dans quelle mesure renvoient-elles à de véritables alternatives ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *