Conférence (Paris, 1er décembre) – Metz, une ville d’Empire francophone à la fin du Moyen Âge

J’aurai le plaisir, le jeudi 1er décembre prochain à 18 h, de faire une conférence dans le cadre de l’assemblée annuelle de la Société de l’Histoire de France (dans la Salle d’Albâtre des Archives Nationales, accès par la rue des Quatre-Fils). L’historien des villes allemandes que je suis sortira un peu de son sujet habituel pour parler de Metz, ville essentiellement francophone à la fin du Moyen Âge – mais il n’en sortira qu’à peine, puisque Metz appartient à l’Empire, une appartenance qui n’est pas un souvenir ni une simple allégeance formelle.

Située au cœur d’une région à la géopolitique complexe, Metz peut apparaître, avec sa large autonomie, son vaste territoire, son gouvernement étroitement patricien, comme un cas à part dans l’histoire urbaine européenne, ne correspondant ni véritablement à un « cas général » des villes française, ni à celui des villes allemandes. Je tenterai, au cours de cette conférence, de mieux cerner ce que veut dire l’appartenance de Metz à l’Empire, et de situer les particularismes messins dans le panorama (politique, économique et social) des villes d’Empire.

Publication : Chroniques urbaines connues, manuscrit inconnu (revue Scriptorium)

Le nouveau numéro de la Revue Scriptorium (2016/1), qui vient de paraître, contient un article que j’ai intitulé « Dracula à Augsbourg ou les savoirs de Sigismund Meisterlin. À propos d’un manuscrit des Archives Municipales d’Augsbourg » – un titre trop long pour un manuscrit complexe qui, dans le contexte bien connu de l’historiographie urbaine de la fin du Moyen Âge, présente l’originalité de ne pas concerner une seule ville, mais trois, Augsbourg, Nuremberg et Ratisbonne.

C’est la célèbre (et méconnue, car insuffisamment accessible aujourd’hui) chronique de Sigismund Meisterlin qui ouvre le volume, ce qui avec quelques autres indices me laisse penser sans certitude que ce manuscrit écrit en 1466 qui a connu un parcours complexe avant d’arriver au Stadtarchiv Augsburg a bel et bien été produit à Augsbourg. La présence du poème de Hans Rosenplüt sur Nuremberg, mais aussi de la Reformatio Sigismundi qui comporte un chapitre hostile aux métiers laisse entendre que, dans le contexte politique urbain, on peut y lire une forme d’hostilité à la présence politique des métiers et de volonté de distinction patricienne. Si le manuscrit est bien augsbourgeois, ce n’est pas indifférent : on sait bien qu’une pensée favorable à la supériorité politique des patriciens émerge progressivement avant et après 1500, mais ce témoin est particulièrement précoce.

Ce n’est cependant pas le seul élément intéressant du manuscrit : j’ai pu montrer dans l’article que tous les textes qui s’y trouvent sont en relation avec le moine bénédictin Sigismund Meisterlin, qui après avoir fait partie du monastère Saint-Ulrich d’Augsbourg a connu une carrière itinérante passant notamment par l’Alsace (Murbach) et par Nuremberg. Il a connu le texte sur les cruautés du personnage que nous appelons Dracula, texte déjà édité (notamment par D. Harmening), mais dont ce manuscrit donne la plus ancienne copie datée ; il a connu aussi la chronique de Ratisbonne dite chronique des Écossais (Regensburger Schottenlegende) : le manuscrit contient la version allemande du texte, dont son éditeur Frank Shaw ne connaissait que deux manuscrits. Ce lien à Meisterlin (qui ne va pas jusqu’à attester une participation directe de Meisterlin à la composition de ce volume!) est intéressant en ce qu’il montre la diversité des intérêts de ce personnage, qu’on rattache depuis Paul Joachimssohn à un « préhumanisme allemand », mais qui est beaucoup plus largement intégré dans les savoirs de son époque.

L’article n’étant pas disponible en ligne, même dans une base de données payante, j’invite tout chercheur intéressé à le consulter à me contacter pour toute difficulté d’accès.

Fiscalité et politique en ville, un champ à explorer

Je crois qu’il n’est pas vraiment nécessaire de justifier beaucoup l’affirmation selon laquelle la fiscalité est un objet politique de premier plan. J’ai cependant l’impression que, dans le contexte de la ville de la fin du Moyen Âge, on a tendance à voir cette évidence surtout du côté de la communication politique, des révoltes urbaines, des mises en forme législatives ou comptables, plutôt que du côté technique de la fiscalité. Pour le dire autrement, le regard se porte du côté de la réception de la politique fiscale bien plus que sur les choix politiques qui façonnent l’impact social et économique de la fiscalité.

Et pourtant, je crois, au moins dans l’aire de recherche qui est la mienne, dans ce groupe des villes d’Empire de Souabe et des régions environnantes auxquelles je consacre mes réflexions, il y a au minimum des traces de ces choix politiques en matière de fiscalité, qui ne sont pas si loin de ce qu’on qualifie aujourd’hui d’arbitrages budgétaires. J’en avais déjà eu l’intuition – sans aller plus loin – pour Augsbourg dans le cadre de ma thèse, et la lecture que je fais en ce moment de la chronique médiévale de Memmingen (dont j’ai prévu de parler lors du congrès de la Medieval Chronicle Society en juillet prochain) me confirme dans cette intuition : dans cette ville où la confrontation entre patriciens et métiers reste vive, où les métiers semblent conserver une place politique déterminante qui interdit d’en qualifier le régime politique d’oligarchique sans autre forme de procès, les événements guerriers auxquelles elle est confrontée dans les années 1450 donnent lieu à des prélèvements dont les modalités sont bien loin de favoriser les plus riches : en 1462, on se livre ainsi à un emprunt forcé calculé en fonction de la capacité contributive des bourgeois, sans intérêt pendant les deux premières années.

Reste que le témoignage des chroniques, si intéressant qu’il soit, ne remplace pas une réflexion plus approfondie sur la fiscalité elle-même, sur la marge de manœuvre des décideurs politiques, sur ce qu’on pourrait appeler la norme fiscale admise et ses dépassements. Les sources sont là, me semble-t-il, elles sont même pour certaines bien connues (ainsi les registres fiscaux sans lesquels tant d’études de démographie ou de stratification sociale n’auraient pu se faire), il ne reste plus qu’à les exploiter, à la fois en tenant compte de la longue durée de l’évolution fiscale et en ayant une perspective comparatiste qui permet de donner toute leur profondeur aux choix fiscaux faits par les gouvernants des villes (pourquoi ce choix de l’emprunt forcé fait à Memmingen n’est-il jamais envisagé à Augsbourg, par exemple ?). Une telle réflexion accompagnerait très richement l’ample mouvement actuel de réexamen des comptabilités urbaines et princières, tout en s’en distinguant nettement.

On retrouvera certainement, dans une telle étude, les sources narratives : en étudiant cette marge de manœuvre, je ne doute pas qu’on sera amené à relire les revendications fiscales de nombreux contestataires de manière différente : dans quelle mesure sont-elles, comme on semble souvent le penser, le produit d’un irréaliste populisme fiscal, dans quelle mesure renvoient-elles à de véritables alternatives ?

Publication : Penser la politique dans les villes allemandes à la fin du Moyen Âge, traités de gouvernement et réalités urbaines

Histoire urbaine 2013/3Le numéro 38 (2013/3) de la revue Histoire urbaine vient de paraître, et j’y publie un article qui aura à la fois connu une longue gestation et constitue un point de départ fondamental pour le travail de recherche que je mène depuis qu’il a quitté ma table de travail pour celles des rédacteurs de la revue.

Pour consulter l’article sur Cairn (abonnement dans la plupart des universités françaises, moins à l’étranger, hélas), merci de suivre ce lien.

Sous le titre Penser la politique dans les villes allemandes à la fin du Moyen Âge : traités de gouvernement et réalités urbaines, j’essaie de saisir la dichotomie entre l’absence de théorisation (écrite) de la politique dans les villes d’Empire d’Allemagne du Sud et les nécessités pratiques de l’organisation politique des villes, dans un monde où la redéfinition des institutions est une nécessité largement présente. Réception faible ou nulle de la théorie politique savante, production locale de textes théoriques limitée à un tout petit nombre de textes moralisateurs qui ne rendent que très partiellement compte des « points chauds » de la politique urbaine, et pourtant production massive, notamment au XIVe siècle, de systèmes politiques (je veux dire par là d’institutions municipales et de leurs relations) : avant d’aborder dans mes recherches ultérieures ces systèmes politiques, leur émergence, leur diffusion, leur logique interne, il me semblait nécessaire de tenter de comprendre l’univers mental de ceux qui ont été chargés de construire ces systèmes.

Pour cela, j’ai essayé de construire une réflexion qui ne se limite pas à tel ou tel type de sources ; il m’a aussi semblé utile de recourir à deux traités juridiques beaucoup plus septentrionaux, en Saxe et en Thuringe (Johannes Rothe et Nikolaus Wurm), qui montrent comment il était possible de concilier réflexions savantes (à travers l’usage, massif chez Wurm, du droit romain) et travail du praticien (les deux auteurs ont œuvré à la fois en milieu urbain et curial) – mais peut-être le recours au droit romain paraissait-il plus difficile pour les régimes dominés par les métiers qui sont la règle en Allemagne du Sud à la période considérée ?

Cette absence de théorie explicite (et j’anticipe ici sur des recherches ultérieures) est une difficulté considérable pour comprendre comment se forme et se diffuse l’outillage dont disposent les artisans qui construisent ce système institutionnel sui generis que sont les régimes de métier, mais c’est en même temps une importante stimulation pour comprendre des processus sociaux (de diffusion du savoir, d’analyse sociale et politique…), qui ne passent pas ou marginalement par l’écrit, et qui sont peut-être plus représentatifs de la société urbaine médiévale que les productions écrites éparses que j’ai tenté de rassembler ici. À suivre, donc.

Augsbourg à la fin du Moyen Âge, la politique et l’espace (publication de thèse)

La politique: des idées, des hommes, des espaces, des passions. Est-il pertinent d’utiliser un concept si contemporain pour le Moyen Âge? Si cela est mieux accepté aujourd’hui, c’est souvent pour ce qui concerne l’État, donc l’Empire et les puissances territoriales. Quant à la ville, on a trop longtemps dit qu’elle était le domaine d’une oligarchie fermée dont le pouvoir politique ne faisait que refléter la suprématie économique – le mouvement des métiers, si important dans le monde germanique, ne faisant qu’écorner cette image d’Épinal.

Ce livre oppose à cette vision l’analyse approfondie de la vie politique de l’une des principales villes d’Empire à la fin du Moyen Âge: Augsbourg, où métiers et patriciens se partagent la scène politique depuis 1368. Une documentation large et variée mêlant registres officiels et sources privées permet non seulement d’observer les acteurs du champ politique, mais aussi de suivre la trace de ce qui suscite les passions: les thèmes du débat politique; les réseaux de solidarité qui unissent ou opposent membres des métiers, patriciens, hommes politiques; les lieux du politique, sans oublier les institutions comme espace commun où se joue le jeu politique.

 

Dominique Adrian, Augsbourg à la fin du Moyen Âge : la politique et l’espace (Beihefte der Francia, 76), Ostfildern : Thorbecke, 2013, 508 p.

La vie politique des villes d’Empire à la fin du Moyen Âge

Ce carnet place en son centre la vie politique des villes d’Empire (surtout zone géographique allant de l’Alsace à la Souabe), aussi bien à travers l’étude des parties prenantes (gouvernants, opposants, commentateurs…) que par le travail sur les textes du politique (chartes constitutionnelles, production écrite des instances municipales, traités). La politique est ici vue comme une nécessité anthropologique qui la place au centre de questionnements sociaux et culturels.